Jimmy Somerville

Jimmy Somerville

Cette fiche, consacrée à Jimmy Somerville, recense les articles parus, des éléments discographiques et les musiques de Jimmy Somerville en écoute dans les programmes de la radio, ainsi que sa date de naissance pour connaitre son âge.

  • Informations sur Jimmy Somerville

  • Né(e) le 22/06/1961
  • Pays : Ecosse
  • Genre(s) : Pop, Dance
  • Label(s) :  RCA
  • Jimmy Somerville voit le jour le 22 juin 1961 à Glasgow en Ecosse. Très jeune, il commence à chanter et en 1984, membre du groupe révolutionnaire Bronski Beat, il connaît la gloire. Quelques temps après, avec son ami claviériste Richard Coles, Jimmy Somerville fonde le groupe The Communards. A la fin de l'année 1988, Richard Coles quitte The Communards pour poursuivre une carrière dans les médias comme commentateur religieux. A partir de ce moment là, Jimmy Somerville se lance dans une carrière solo, publie cinq singles à succès et deux albums les deux années suivantes, « Read My Lips » en 1989 et « The Single Collection » en 1990. Ce dernier comprend une reprise du hit disco de Sylvester, « You Make Me Feel (Mighty Real) », qui rentre dans le top 5 et une chanson de Françoise Hardy, « Comment Te Dire Adieu », un duo en français avec June Miles Kingston.

    Puis, Jimmy Somerville enregistre une reprise de Cole Porter « From This Moment On », participant ainsi à un album de lutte contre le sida, « Red Hot And Blue ». Au début des années 90, il se retire volontairement de la scène afin de vivre pleinement son homosexualité. Quelques temps après, il participe à plusieurs films, apparaît dans « Orlando » de Sally Potter et s'investit dans la maison de production Films Normaux, avec Isaac Julien entre autres, pour produire « Cartes Postales D'Amérique », un film visionné au festival du cinéma de New York en 1994. En 1995, Jimmy Somerville lance « Dare To Love », un nouvel opus pop dance qui traite entre autres de l'homosexualité. Le premier simple « Heartbeat » rentre à la 24ème place au Royaume-Uni et à la première place dans le classement dance aux Etats-Unis.

    « Dare To Love » génère également une reprise du titre reggae « Hurts So Good » de Susan Cadogan et le single « By Your Side ». Par la suite, Jimmy Somerville et ses chanteurs entament une tournée mondiale, passant par San Fransisco, l'Estonie, le Kazakstan, la Russie, le Canada et l'Europe. Parallèlement, il s'implique dans le projet « Respect » à Londres, dont les ventes de disques et le festival servent à la campagne « Unis Contre Le Racisme ». Jimmy Somerville collabore ensuite avec les Weathergirls, les Sparks sur des morceaux et travaille sur des projets de télévision. En 1997, il sort un nouveau single « Safe » remixé par Todd Terry et Dj Tonka, qui arrive numéro un en Espagne et qui connaît un succès énorme en Europe. La même année, il quitte London Records pour Gut Records et signe un nouveau simple, qui s'intitule « Dark Sky ».

    Puis, il joue à l'« Europride » de Paris, à la « St Christopher Street Day Parade » de Cologne et s'engage dans de nombreuses soirées humanitaires. En 1999, Jimmy Somerville co-produit, sort son nouvel album « Manage The Damage » et publie les singles « Lay Down » et « Something To Live For ». Quant au titre « Here I Am », il traite de la mort, de Dieu et de l'athéisme, et l'écriture de la chanson « The Girl Falling Down » fait suite à la lecture d'une histoire tragique dans les journaux. Par la suite, Jimmy Somerville se lance dans une tournée européenne, qui passe par l'Allemagne, la France, l'Italie, la Grèce, le Danemark, la Suède et fait des apparitions diverses dans les gays pride. En 2000, il entame ensuite une tournée aux Etats-Unis et au Canada. En 2004, Jimmy Somerville revient avec un nouvel album aux sonorités dance, « Home Again » et le succès « Come On ».